Julie Bailly

ngs046

Licenciée en Droit, la mezzo-soprano belge Julie Bailly a obtenu les Premiers Prix et Diplômes supérieurs de Chant et d’Art lyrique dans les Conservatoires royaux de Liège et Bruxelles (classes de Nicolas Christou et Madi Urbain). En 2003, elle était finaliste du Concours Mario Lanza à Filignano (Italie). Après deux années de perfectionnement à la Chapelle Musicale Reine Elisabeth sous la direction de José Van Dam, elle en obtient le diplôme avec distinction. Tout au long de sa formation, elle a suivi les enseignements de Albrecht Klora, Mireille Alcantara, Andréas Scholl, Tom Krauz … Elle poursuit actuellement sa formation auprès de Daniel Ottevaere.

Elle se produit régulièrement en concert (oratorio et récital) dans des œuvres de Vivaldi, Bach, Haendel, Mozart, Schubert, Mendelssohn, Rossini, Offenbach … Elle a chanté sous la direction de chefs tels que Bruno Campanella, Guy Van Waas (et les Agrémens), Pierre Cao (avec l’Orchestre philharmonique de Luxembourg et au festival d’Ambronay), Louis Langrée (et l’Orchestre philharmonique de Liège), Yvan Törtz, Kasushi Ono, Jean-Claude Casadessus, Paolo Arrivabeni (à l’ORW)…

Au Vlaamse Opera, elle a incarné les rôles suivants : Glasha (Kat’a Kabanova de Janacek, mise-en-scène de Robert Carsen), Schwertleite (Die Walküre de Wagner, mise-en-scène de Ivo van Hove), Sœur Mathilde (Le dialogue des Carmélites de Poulenc, mise-en-scène de Robert Carsen).

A la Monnaie, on a pu la voir dans Fidalma (Il Matrimonio segreto de Cimarosa, mise-enscène de Vincent Boussart), Maddalena (Il Viaggio a Reims de Rossini, mise-en-scène de L Ronconi), Mother Goose (The Rake’s Progress de Stravinsky, mise-en-scène de Robert Lepage).

Elle a également eu la chance d’y travailler le rôle de Geneviève (Pélléas et Mélisande de Debussy) dans la production de Pierre Audi.

Après des débuts remarqués à l’Opéra Royal de Wallonie dans le rôle de Féodor (Boris Godounov de Moussorgsky), rôle repris au Festival de Santander, on peut maintenant la retrouver régulièrement sur la scène liégeoise. Elle y a interprété Le Page dans Salomé de Strauss, Rosalia dans L’Equivoco Stravagante de Rossini (rôle également chanté à Basel et au Festival de Sint Moritz), elle était aussi Annina dans La Traviata de Verdi, Leona dans La Belle Hélène d’Offenbach, Zulma dans L’Italiana in Algeri de Rossini, Lisbé dans Zémire et Azor de Grétry et Doralice dans La Gazzetta de Rossini.

Très intéressée par la création contemporaine, elle a eu la chance de participer aux cantates de Garrett List (« Au coeur du Monde » et « Etat de Siège »), ainsi qu’à la production « Anathème » du Groupov au Festival d’Avignon.

Cette saison, on la retrouvera entre autres dans La Cenerentola de Rossini (Tisbé) et L’Elisir d’Amore de Donizzetti (Gianetta) à l’ORW.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s